Le fleuron du groupe SQLI est installé depuis un an à Arcueil. Il propose des cursus courts ou longs financés par l’alternance ou un dispositif de reconversion.

Les entreprises sont très demandeuses. « Il faut savoir qu’il y a une vraie pénurie de candidats dans l’informatique », martèle Corinne Combes, la directrice de l’école Aston située depuis un an rue du 8 mai 1945 à Arcueil.

Afin de remédier à cette carence, l’institut privé, labellisé officiellement le 4 février 2016 « Grande école informatique », propose, en lien continu avec les créations des éditeurs informatiques, des formations les plus actualisées et les plus spécialisées à près de six cents élèves entrant tout au long de l’année au sein de l’école.

« Mais aucun ne paie, ni avant, ni pendant, ni après sa formation », vante Mme Combes. En effet, les dispositifs d’alternance (pris en charge par les entreprises), ou de préparation opérationnelle à l’emploi (POE, via Pôle emploi), ou encore ceux financés par la Région Île-de-France exemptent les étudiants de toute participation financière.

10 % de croissance par an

Les certifications (Aston peut se targuer de 95 % de réussite) valident au niveau international des cursus cours (trois mois pour la POE) ou longs (jusqu’à cinq ans) de développeur, technicien, administrateur ou d’expert en sécurité digitale, une spécialité (lire l’encadré) en forte expansion et qui attire de nombreux candidats. Aston fait partie du groupe SQLI, entreprise multinationale de services du numérique cotée à la Bourse de Paris. Il possède une autre école informatique à Lille, selon le modèle arcueillais. Et Aston ça marche. Ça roule même vite et bien : 4 millions de chiffre d’affaires en 2015, 10 % de croissance annuelle. Tout le monde semble gagnant.

Aux 19 et 21 rue du 8 mai 1945, l’école Aston dispose de 14 salles sur 1 100 mètres carrés et deux niveaux d’un immeuble situé à trois cents mètres de la station de RER Arcueil-Cachan.

Aston 1Aston 2

14 salles de cours sont équipées d’un matériel sans cesse modernisé. Une trentaine de formateurs réguliers veillent également à actualiser leurs connaissances souvent très spécialisées.

Publié dans ANC – Arcueil notre cité n°269 juillet – août 2016